Note historique : réunion de pelotons de tirailleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Note historique : réunion de pelotons de tirailleurs

Message  Thierry M. le Mar 7 Mai 2013 - 15:20

Question a écrit:Si les pelotons de voltigeurs d'un régiment qui attaque, voire d'une brigade (dont les colonels ont tous l'attitude Attaquer), réunis (mis au contact côte à côte) sont attaqués, pourront-ils tenir comme le ferait un bataillon de légers entièrement déployé en tirailleur ou doivent-ils esquiver ?
Oui, les voltigeurs (ou autres pelotons) réunis pourront tenir, il faut considérer qu'ils forment une unité et ont l'attitude Attaquer.
C'est le régiment, ou la brigade, qui attaque. Les voltigeurs ont été réunis en cours de bataille mais, dans la réalité historique, le résultat est le même que s'ils avaient été réunis dès le départ : ils forment une unité et cette unité est soutenue par son « unité mère », c'est-à-dire le régiment, ou la brigade.
Ainsi, on arrive à simuler l'impact des tirailleurs dans les combats.


La différence entre la formation d'une unité avant la bataille et pendant la bataille, réside dans le nombre de pelotons des bataillons.
• Comme je l'ai déjà expliqué de vive voix à certains : à l'appel du matin avant de manœuvrer, le bataillon se formait en ligne, chaque compagnie administrative formait un peloton (ou deux chez plusieurs nations). Puis, le sous-officier le plus gradé passait derrière le bataillon pour répartir les soldats entre les pelotons (les soldats d'une compagnie pouvaient ainsi se trouver répartis dans différents pelotons).
Ainsi, tous les pelotons avaient le même front (même nombre de files) et le même effectif (même nombre de rangs).
– OR, quand une compagnie administrative manquait (détruite la veille ou détachée, comme les voltigeurs), le bataillon était quand même formé avec son nombre de pelotons réglementaires (ou tout au moins avec un nombre pair, comme chez les Anglais, les Suédois et d'autres).
Le sous-officier détachait plusieurs files de chaque peloton pour former le peloton manquant (par exemple pour remplacer les voltigeurs).
Si le peloton d'élite avait été détruit il était promptement reformé avec les meilleurs hommes de chaque peloton (les distinctives et les habits étaient récupérés sur les morts), la promotion était rapide ! D'ailleurs, il faut savoir deux choses :
– quand il y avait beaucoup de pertes dans un régiment, le ou les premiers bataillons étaient complétés par les autres pour rester à plein effectif (si possible) ;
– le commandant du bataillon faisait la même chose avec ses pelotons (compagnies administratives) d'élite qui étaient toujours à plein effectif alors que les pelotons (compagnies administratives) de fusiliers manquaient d'hommes.

• Dans le cas qui nous occupe, le détachement est fait sur le champ de bataille. Le bataillon restait ainsi puisqu'il est prévu dans les règlements que le peloton détaché ne s'éloigne pas de plus d'une minute à vitesse d'esquive (vitesse de course) de sa position et d'autres points que je ne développerai pas ici.
Donc, si un peloton est détruit sur le champ de bataille, le bataillon continue à manœuvrer, mais il ne pourra former le carré qu'à partir de la colonne de peloton (de marche dans la règle) à demi-distance, par pivot des sections.

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1324
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum