Charge de cavalerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Charge de cavalerie

Message  Thierry M. le Dim 27 Oct 2013 - 18:23

Histoire d'animer un peu cette partie du forum de S & B, je reprends un sujet posté dans le forum de Planète Napoléon de mon ami Diégo Mané.

Cyril y a posté cette vidéo.

Voici mon commentaire :
Comme lors de mon premier visionnage je n'ai pas été au bout. Rolling Eyes
Il y a quatre temps dans une charge : le pas, le trot, le galop et enfin la charge, le respect de ces quatre temps dépendait des règlements.

Exemples tirés d'« Imperial bayonets » de George Nafziger, page 201 :
Jusqu'en 1806, les Prussiens procédaient ainsi pour charger :
– à 1 000 pas (un pas de cheval égale un mètre) de leur cible, ils étaient au pas,
– entre 950 et 750 pas, ils passaient au trot,
– entre 650 et 450 pas ils passaient au galop,
– et enfin à 300 - 200 pas, ils étaient au pas de charge (au grand galop ou à brides abattus, à fond quoi) !

Les Français se déplaçaient au pas puis au trot au commandement du chef d'escadron ou du colonel du régiment.
Ils passaient au galop à 230 pas (à peu près la plus grande portée horizontale des fusils).
À 80 pas (à peu près le début de la portée mortelle des fusils), ils passaient au pas de charge.

Vous avez pu constater sur le film que les cavaliers étaient complètement désunis après un temps de galop.
C'est pourquoi, en 1806, les hussards de la brigade infernale de Lasalle battaient systématiquement les Prussiens (dragons ou cuirs, peu importe).
Lasalle avait remarqué que les Prussiens démarraient leur charge de loin et passaient au galop bien avant d'arriver à portée de leur cible.
Il ordonnait donc à ses escadrons d'avancer au pas jusqu'à ce que les Prussiens passent au galop, à ce moment il ordonnait le trot.
Ses cavaliers restaient donc en ordre, formant un mur.
Les cavaliers prussiens désunis par le galop n'avaient pas le temps de passer au pas de charge qu'ils ralentissaient déjà, convaincus qu'ils allaient s'écraser contre le mur de hussards.
C'est à cet instant précis – cet instant « moral » – que Lasalle faisait partir au galop ses hussards, hussards qui n'avaient plus qu'à poursuivre les fuyards prussiens le sabre dans les reins !
Les Prussiens étaient vaincus au moral. Ils ne formaient plus une masse compacte, donc chaque cavalier se sentait seul et voyait devant lui un mur de cavalier qui allait fondre sur lui seul !

Il est à noter que le règlement prussien de 1812 copiait complètement le règlement français, comme c'est bizarre ! What a Face 

Thierry M.


Dernière édition par Thierry M. le Ven 11 Sep 2015 - 13:48, édité 1 fois

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1325
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  franckT le Lun 28 Oct 2013 - 18:09

très intéressant !
avatar
franckT
S&B
S&B

Messages : 350
Date d'inscription : 08/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Fredd05 le Ven 11 Sep 2015 - 13:41

Je remonte ce sujet qui est très intéressant.
Je connaissais la vidéo et me suis toujours posé une question à son sujet.
On y voit des gardes républicains, fins cavaliers certes, mais cavalier du 20ème siècle, siècle totalement tourné vers les véhicules à moteurs.
Ne faut-il pas voir dans cette pagaille au moment du galop une raison, disons "sociétale" ?

Ce que je veux dire c'est que les cavaliers de l'Empire étaient des centaures qui vivaient à cheval en permanence et qui avaient de ce fait et du fait de l'époque à laquelle ils vivaient, une façon de vivre ce moment d'une autre façon.
Ils devaient être bien plus vigilent à la tenue de leurs lignes que ces cavaliers de défilé qui n'auront chargé dans leur vie que cette fois là.
Je crains que cette vidéo ne soit prise comme une sorte de témoignage vivant alors même que c'est une tentative de reconstitution par des non-professionnels des charges de cavalerie.
Je suis donc intimement persuadé que les charges napoléoniennes en générales devaient être bien plus tenues que celle-ci...

Qu'en pensez-vous ?
avatar
Fredd05

Messages : 153
Date d'inscription : 09/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Thierry M. le Ven 11 Sep 2015 - 14:17

Fredd, tu es dans le fondement* de Silex & Baïonnette : le MORAL ! Very Happy
* Fondement dans son sens figuré :
• Dans un ensemble, l’élément essentiel sur lequel s’appuie tout le reste.
• Ce sur quoi l’on appuie son jugement, son appréciation.
• Ce sur quoi l’on appuie la confiance qu’on a en quelqu'un, en quelque chose.


Je ne dirais jamais qu'un cavalier de la Garde Républicaine ne maîtrise pas l'Art équestre (il y en a qui me taperais sur les doigts). What a Face
Évoluer au pas en restant en rang et les files serrées demande une grande habitude, les défilés du 14 juillet le montrent bien.
Le faire au trot toujours en restant en ordre, doit être, à mon humble avis de parfait ignorant de la chose, bien plus difficile.
Le faire au galop est certainement chose impossible.
C'est donc bien pour ces raisons que les distances de charge étaient réglementées.

Donc, le problème n'est pas la non-maîtrise de l'équitation, il est, effectivement, dans la représentation que se fait le grand public des charges de cavalerie, persuadé que les chevaux s'écrasaient sur leurs congénères d'en face ou, pire, sur des hommes. Rolling Eyes
C'est donc ce que j'explique : c'est la cohésion morale qui fait gagner la confrontation.Cool
La charge des cavaliers de Pajol sur le pont de Montereau en 1814 en est la preuve éclatante.
La cavalerie de Pajol était surnommée : « la cavalerie patatras » parce que ses jeunes cavaliers tombaient régulièrement. Laughing

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1325
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Fredd05 le Ven 11 Sep 2015 - 14:26

De mémoire, les cavaliers de Pujol tombaient régulièrement parce qu'ils n'étaient pour la plupart pas des cavaliers et oubliaient de resserrer la sangle de leur selle avant la bataille, non ? Very Happy 

Donc pour toi, cette ligne désunie est une question de moral ?
avatar
Fredd05

Messages : 153
Date d'inscription : 09/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Thierry M. le Ven 11 Sep 2015 - 14:59

Oui, tu as raison, les chevaux gonflent leurs ventres quand on serre la sangle, les cavaliers expérimentés la resserrent ensuite (mais tu le sais certainement). Smile

La ligne est désunie parce que le mouvement est trop rapide, les cavaliers ne peuvent donc pas maintenir leur alignement (le rang) ce qui correspond à la profondeur (la ligne ondule) ni leur épaisseur (les files) ce qui correspond à la largeur (le front de la ligne s'allonge car il y a des trous).
Quand le front est désuni il n'y a plus de cohésion morale chez les cavaliers comme chez les fantassins (être botte à botte ou coude à coude c'est la même chose).
Il y a donc des cavaliers en avant, en arrière et plus aucun botte à botte, ils se retrouvent donc seuls (dans leur tête) face à une ligne avançant en ordre serré comme un mur infranchissable.
C'est le contact des autres qui rassurent et donne de la force morale.
Donc, c'est le fait que la ligne soit désunie qui abaisse le moral et non l'inverse. Cool

L'Art militaire consiste à utiliser l'instant moutonnier des hommes (qui se resserrent comme des moutons en cas de danger parce que le danger va frapper l'autre, à côté… d'où les mouvements de foule).
C'est ainsi que procèdent les polices du monde : un mur de bouclier de cent hommes va en arrêter mille en désordre, frapper son bouclier avec sa matraque en avançant calmement au pas fera reculer mille hommes en désordre (et, dès qu'il y a recul, ceux placés derrière fuient).
Et des cavaliers qui fuient vont beaucoup plus loin que des fantassins qui courent, évidemment ! Ce qui est rendu par leur mouvement de fuite très important dans ma règle.

Les principes moraux sont immuables parce que l'Homme est le même depuis des milliers d'année, sa psychologie n'a pas changé.
C'est cette constante psychologique que j'essaie de rendre dans Silex. Smile

Bon, c'est mon intime conviction forgée après des centaines d'heures de lecture (historiques ou non) et une certaine connaissance psychologique de l'Homme.
Je comprendrai qu'on ne soit pas d'accord avec moi. Cool

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1325
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Fredd05 le Ven 11 Sep 2015 - 15:22

Je comprends parfaitement ton point de vue.
Mais. (Possibilité de changer mon pseudo en "Poil à gratter" ? Very Happy )
Ne pensez-tu pas que c'est une façon moderne de réagir ?
Je m'explique.

Nous vivons dans une époque confortable, globalement, et notre vie est dépourvue de réels dangers.
Je n'ai pas eu le malheur de devoir me battre pour me nourrir ni pour défendre ma vie et je pense que cela devrait continuer si tout va bien.
De fait, je ne suis pas habitué à faire face au danger.
Tout comme mes congénères, mon premier réflexe à une situation de danger serait de baisser la tête et de chercher un abri.

Mais le soldat lambda du début du 19ème siècle ne réagissait pas comme moi.
Il avançait calmement sous le feu, faisait face au danger, et vivait dans une époque globalement dangereuse même en faisant abstraction des combats.
Bref, il était élevé à la dure et avait un esprit différent du notre.
Aussi je ne suis pas absolument convaincu qu'un cavalier à la charge verrait son moral baisser tant que cela si sa ligne venait à se déliter.
On peut retrouver nombre de récits où une poignée de cavaliers chargent ou capturent un nombre considérable d'adversaires. Cela dénote au mieux d'un moral d'acier, au pire d'une inconscience folle !
Mon esprit à moi me dirait que si nous sommes 50 face à une compagnie de 120 adversaire, le mieux à faire serait de s'en éloigner !!
On voit aussi des formations d'infanterie relativement petites comme l'évolution des tirailleurs en binôme ou les compagnies déployées en tirailleurs sous les ordres de Davout.


Mais à la base, je doutais simplement de ce délitement de la ligne, pensant en effet que l'habitude de ces hommes et la pleine conscience de la situation faisait que naturellement leur attitude conduisait à une tenue irréprochable de leur formation jusqu'aux premières pertes ou jusqu'au contact.

Et je comprends aussi les avis contraires qui risquent d'arriver ! Very Happy
avatar
Fredd05

Messages : 153
Date d'inscription : 09/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Thierry M. le Ven 11 Sep 2015 - 16:27

Fredd05 a écrit:Mais. (Possibilité de changer mon pseudo en "Poil à gratter" ? Very Happy )
Oui ! Twisted Evil  Laughing Wink

Fredd05 a écrit:Ne penses-tu pas que c'est une façon moderne de réagir ?
Non, sincèrement non. Smile
En cas de danger un homme cherchera toujours à protéger sa famille au péril de sa vie.
L'Homme n'a pas changé, ses conditions de vie, si.
Il ne faut pas croire que la vie était plus dangereuse avant que maintenant (quelle différence entre la variole et toutes les saloperies chimiques qui nous entourent dorénavant : obésité, baisse de la fertilité, indifférenciation sexuelle à la naissance, cancer de toutes sortes… où sont nos ennemis, OÙ ?)
Les hommes de l'époque avaient très peur quand ils entendaient le canon pour la première fois, il n'y avait pas de feux d'artifices pour s'« entraîner » l'oreille comme de nos jours, le plus gros « bruit » était celui des cloches de l'église du village !
Bruits, fumées denses, projectiles volants dans tous les sens, ils n'avaient pas la télé et les jeux vidéos pour s'entraîner !

Le soldat lambda – dans le sens de soldat ayant appris le métier mais n'ayant jamais été à la guerre – est le même quelle que soit l'époque : le comte de Guibert, Ardant du Picq, John Keegan, les lettres éditées par Siborne, les études du colonel Goya et j'en oublie, ne font pas de différence, ils ne disent pas : « À mon époque le soldat est mou, il y a cent ans il était plus dur ».
Le soldat que tu décris est un homme aguerri, un homme qui a vu tomber ses « compaings (compagnons) ».
La philosophie d'un grognard était (je cite de mémoire un texte d'un vieux soldat napoléonien) :
– Autant aller à la mort avec bravoure : si je suis tué on dira de moi « c'était un brave », si je suis blessé je retournerai peut-être chez moi, si je m'en sors je recevrai la médaille/de l'argent/du galon.

Mais cette « philosophie » on ne l'avait pas quand on sortait de la caserne, la mort fait peur sauf chez les suicidaires.
De nos jours, les méthodes ont évolué : les recrues des troupes dites d'élite sont cassées moralement, leurs cerveaux sont lavés jusqu'à ce qu'ils pensent uniquement par et pour leurs officiers et le groupe dont ils font partis. Ils sont aguerris de suite (Autant aller à la mort avec bravoure : si je suis tué… etc.)


Fredd05 a écrit:On peut retrouver nombre de récits où une poignée de cavaliers chargent ou capturent un nombre considérable d'adversaires. Cela dénote au mieux d'un moral d'acier, au pire d'une inconscience folle !
Oui, c'est vrai, il faut juste considérer les conditions morales dans lesquelles c'est arrivé. Cool
C'est comme les centaines de récits des carrés cassés, bizarrement quand on croise les documents historiques et les récits contemporains de chaque camp on s'aperçoit qu'il n'y a jamais de carré cassé dans son propre camp mais toujours dans l'autre ! Alors, où est la Vérité ?
Ceux qui pratiquent S&B ou me connaissent depuis longtemps savent mes convictions et ma philosophie de l'Homme au combat.

Fredd05 a écrit:Mais à la base, je doutais simplement de ce délitement de la ligne, pensant en effet que l'habitude de ces hommes et la pleine conscience de la situation faisaient que naturellement leur attitude conduisait à une tenue irréprochable de leur formation jusqu'aux premières pertes ou jusqu'au contact.
C'est la vitesse qui fait se déliter la ligne et les Gardes Républicains ont une tenue irréprochable. Smile
Les contacts face à face sont extrêmement rares (ceci à toutes les époques, contrairement à ce qu'on croit), c'est pour ça qu'il y a très peu d'occasions de mêlée dans S&B mais énormément dans toutes les autres règles !
Chacun joue à ce qu'il aime et croit en ce qu'il veut. Cool

Bon, voilà, c'est mon opinion, ma philosophie forgée comme je l'ai déjà dit après des centaines d'heures de lecture.
Si tu as du temps et de l'envie tu peux regarder sur cette page de mon site et passer ton pointeur sur le menu déroulant « Livres + documents à télécharger », tu auras ainsi à disposition une partie de mes connaissances livresques. Wink

Bon, je continue le compte rendu de ma bataille contre Christophe à Aubigny-sur-Nère. Cool

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1325
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Fredd05 le Sam 12 Sep 2015 - 12:50

Ah ben moi j'aime bien ce genre de conversations !!!
Avec des 'cahuètes et une mousse ça doit être bien aussi !!
avatar
Fredd05

Messages : 153
Date d'inscription : 09/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Thierry M. le Sam 12 Sep 2015 - 13:06

Bonjour Fredd Smile

Ça sera avec plaisir. Very Happy
Il faudra goupiller ça (lors d'une convention dans ton coin ou en concertation avec Bertrand). Wink Pour la mousse je peux aussi amener du champagne. drunken
--------------

En fait, j'allais poster le message ci-dessous :

Je reviens à notre discussion que j'ai beaucoup appréciée, j'aime avoir des contradicteurs de talent, ils me font réfléchir (même s'ils ne me font pas changer d'avis Wink ) et ainsi j'avance dans ma réflexion. study

J'ai constaté que tu avais de la documentation que je n'avais pas. Shocked
As-tu scanné cette image du règlement de Davout sur un livre en ta possession ?
Je me suis permis de la poster dans ce sujet, j'espère que tu n'y vois pas d'inconvénient. Cool

Tu es le bienvenu dans les discussions de la rubrique Discussions historiques – Notes de conception. J'ai modifié son titre et y ai déplacé plusieurs sujets.
Grâce à toi le forum à évoluer et évolue encore.
Honneur au « Poil à gratter ». lol!

Amicalement,
Thierry.

Post-scriptum :
J'espère que mes propos ne t'ont pas paru blessants, je suis parfois un peu péremptoire dans ma façon d'écrire. Embarassed

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1325
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Bald le Sam 12 Sep 2015 - 15:03

Fredd05 a écrit:
Mais le soldat lambda du début du 19ème siècle ne réagissait pas comme moi.
Il avançait calmement sous le feu, faisait face au danger, et vivait dans une époque globalement dangereuse même en faisant abstraction des combats.
Bref, il était élevé à la dure et avait un esprit différent du notre.

Je rebondis sur ce post que je trouve très intéressant. Contrairement à Fredd je pense que c'est le "dressage" des soldats qui permettait cette aptitude à faire face au danger : d'une part parce qu'on leur inculquait que le groupe les protégeait (on peut également dire qu'ils se sentaient protégés lors d'une bataille commandée par Napoléon en personne) et parce que l'école du soldat, au moins pour les premières années de l'empire enfermait les hommes dans un automatisme qui, dans une certaine mesure, leur permettait de faire abstraction du danger. Le chargement du fusil en 12 temps (selon Oleg Sokolov) en est le parfait exemple : se concentrer sur ces différentes étapes et chercher à être le plus performant possible doit tout demander une certaine concentration. Pendant la campagne de 1813, les recrues ayant eu des conditions de vie similaires à leur aîné mais avec une formation superficielle vont avoir des comportements plus fébriles : c'est par exemple les soldats qui tirent en laissant leur baguette dans le canon du fusil, ce sont les charges de cavalerie se terminant par un fiasco etc ... 
Il faut rajouter à cela que le soldat qui a confiance en lui parce qu'il a le sentiment de connaître son métier a un avantage certain sur la troupe qui se trouve en face. Oleg Sokolov insiste également sur une notion peut être un peut désuète dans notre société et qui semblait être poussée à son paroxysme dans l'armée impériale : le sens de l'honneur.


Dernière édition par Auerst. le Sam 12 Sep 2015 - 17:31, édité 1 fois
avatar
Bald

Messages : 165
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 43
Localisation : Saint-Cyprien (42)

http://la-petite-armee.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Thierry M. le Sam 12 Sep 2015 - 17:14

Oui, c'est le fameux « drill » (dressage) prussien. Cool
C'était un conditionnement à l'entendement et à la réalisation parfaite des mouvements : marcher au pas, effectuer des quarts de tour, des demi-tours tous ensemble et, bien sûr, tirer au fusil très vite, c'est tout. le soldat n'avait pas besoin d'en savoir plus et c'était déjà beaucoup.
Ce sont les officiers qui devaient connaître à la perfection les changements de formation (les sous-officiers répétant, voire complétant, les ordres des officiers).
Je l'ai déjà dit : marcher au coude à coude (botte à botte) dans une unité, rassure l'être humain car c'est un mouton.
Donc, oui, le drill donnait une certaine « aptitude » à marcher sous le feu de l'ennemi et ce sera vrai pour les unités de Frédéric le Grand au début de la guerre de Sept ans, après il y eut trop de conscrits.
Mais tout à une fin : quand le feu devenait très violent, les soldats s'arrêtaient pour tirer (« parce qu'en tirant tu vas tuer celui qui te tire dessus avant qu'il ne te tue », cf Ardant du Picq) ou repartaient en courant, voire, restaient immobiles sous le feu sans riposter (c'est arrivé dans de rares cas chez des unités d'élite, russes notamment).
Au-delà du drill il y a :
– le sens de l'Honneur, mais il n'est pas réservé au Français ;
– l'expérience du combat qui est l'apanage des troupes aguerries ;
– et enfin l'amour de la Patrie : chez les Français d'abord et ensuite chez les Coalisés qui, après les mercenaires et autres soldats enrôlés plus ou moins de force, vont, eux aussi, recourir aux volontaires, d'où une humanisation qui va donner de l'espoir aux peuples et entraînera ensuite de terribles répressions réactionnaires ainsi que la naissance du mouvement romantique dont les racines sont allemandes du fait de la mobilisation très forte en 1813.

Il est symptomatique de constater que les meilleurs tirailleurs chez les Anglais sont les soldats des troupes légères dont les officiers, par nécessité du règlement propre aux troupes légères, participaient pleinement à toutes leurs activités (marches, combats, etc.) comme le faisaient les officiers français.
Ces officiers anglais ont pris conscience de l'HUMANITÉ de leurs hommes, on le constate dans leurs lettres, comme ce récit d'un officier de Rifles à Waterloo qui ne savait s'il devait rire ou pleurer en voyant ses hommes revenir à la fin de la bataille, heureux qu'il était de constater que certains étaient vivants et malheureux d'apprendre que beaucoup étaient morts.

Tout ça pour dire qu'il ne faut pas déshumaniser la guerre (et n'importe quel conflit humain, au travail, à la maison ou ailleurs), on ne peut pas prévoir le comportement d'un être humain au combat quand il fait face à la mort et si vous lisez les études du colonel Goya vous apprendrez qu'environ 10 % des hommes sont vraiment des machines à tuer insensibles (ils ont le même profil psychologique que les assassins de notre vie de tous les jours).


Et les charges de cavalerie face à de l'infanterie en ligne déterminée ou une batterie en mesure de tirer se terminent toujours en fiasco.

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1325
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Fredd05 le Dim 13 Sep 2015 - 11:43

Pour la doc, je l'ai sortie d'un livre de Oleg Sokolov, pê le même donc parle Fred.
Pas de soucis de vexation ou de blessure sur quoi que ce soit, chui pas comme ça moi !!!! Very Happy
avatar
Fredd05

Messages : 153
Date d'inscription : 09/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  franckT le Dim 13 Sep 2015 - 12:51

toujours ou presque toujours ?  Wink

_________________
Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre. KarlM
http://ordresdebatailles.forum2jeux.com/f9-ordres-de-batailles
avatar
franckT
S&B
S&B

Messages : 350
Date d'inscription : 08/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Bald le Dim 13 Sep 2015 - 13:46

A Eylau les Français avancent à taton  avec une visibilité très réduite ... on peut donc dire qu'ils foncent un peu vers l'inconnu ce qui ne doit pas trop favoriser la cohésion des troupes.
avatar
Bald

Messages : 165
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 43
Localisation : Saint-Cyprien (42)

http://la-petite-armee.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Thierry M. le Dim 13 Sep 2015 - 19:03

Bonjour Franck Smile
franckT a écrit:toujours ou presque toujours ? Wink
Bon, tu me mets au défi ?
OK !

En ce qui concerne la grande charge d'Eylau vous connaissez les prémices mais peut-être pas la réalisation.
• Tout d'abord, Murat fait charger la cavalerie sans changer l'ordre de bataille, ce sont donc les régiments de cavalerie légère qui vont mener la charge et prendre les feux.
Ensuite, l'infanterie russe avait l'habitude de se coucher face aux charges (guerres contre les Ottomans).
La première ligne va donc se coucher. La première ligne est constituée de tous les bataillons des régiments qui sont devant en ligne.
À Eylau, il y avait trois lignes russes successives.
Les chevaux passent sur les hommes allongés de la première ligne. Il faut savoir que les chevaux évitent (dans la mesure du possible) de marcher sur les hommes.
La cavalerie désunie par la charge et le passage au-dessus des corps allongés arrivent devant la deuxième ligne russe (située plusieurs centaines de mètres derrière la première, au moins trois cent, car elle est là en soutien pas pour prendre des projectiles).
Elle s'arrête devant les bataillons en ligne de la deuxième ligne.
Après le passage des cavaliers français, les bataillons de la deuxième ligne se relèvent, se retournent et font feu sur les cavaliers français qui sont pris dans la nasse (tactique employée contre les Ottomans qui, sinon, étaient insaisissables).

• Le colonel (grade équivalent à général dans la Ligne) Lepic voit la situation dans laquelle se trouve la cavalerie de Ligne.
Pour ouvrir un trou il ordonne la charge.
Lui-même, charge en direction d'une batterie russe.
J'ignore s'il neigeait à ce moment précis ou si l'artillerie tirait à boulet, mais il faut savoir que plus on se rapproche des canons moins on risque d'être touché (même à mitraille).
La charge des grenadiers à cheval renverse la première ligne russe (qui lui tournait le dos) et dégage ainsi la cavalerie de Ligne qui peut rallier.
Mais, emporter par son élan, Lepic suivi par un certain nombre de ses hommes continue et traverse une batterie de la deuxième ligne (probablement surprise ou croyant avoir affaire à des amis, je l'ignore), il la traverse.
Mais, mais, mais, il continue, suivi par un peu moins d'hommes, et traverse la troisième ligne russe !
Les bataillons étaient probablement en colonne, planqués derrière des plis de terrain, les hommes au repos, l'arme au bras.

Lepic s'arrête et voit s'avancer vers lui un régiment de dragons russes.
Le colonel des dragons s'approche et lui demande de se rendre.
Lepic l'apostrophe : « Vous avez vu la tête de mes hommes, on ne rend pas avec des gueules pareils ! » (je cite de mémoire mais je peux chercher la phrase dans ma bibliothèque).
Il transperce le colonel et part au galop suivi par ses hommes.
Il va longer tout l'arrière de la troisième ligne russe pour finalement déboucher devant le corps de Davout (extrême droite française).
Des tirailleurs français les prenant pour des cavaliers russes leur tirent dessus causant, malheureusement, quelques pertes.

Vous connaissez la suite quand Napoléon voit arriver Lepic. Cool

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1325
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  franckT le Dim 13 Sep 2015 - 20:57

passionnant, comme toujours : merci thierry  sunny

_________________
Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre. KarlM
http://ordresdebatailles.forum2jeux.com/f9-ordres-de-batailles
avatar
franckT
S&B
S&B

Messages : 350
Date d'inscription : 08/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Bald le Dim 13 Sep 2015 - 22:11

Moi aussi : j'adore.  Cool
avatar
Bald

Messages : 165
Date d'inscription : 09/09/2015
Age : 43
Localisation : Saint-Cyprien (42)

http://la-petite-armee.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charge de cavalerie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum