Attitude : Attaquer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attitude : Attaquer

Message  Thierry M. le Ven 27 Nov 2015 - 22:57

Règle 2015, page 49 a écrit:ATTAQUER :
• Les unités du colonel qui a cette attitude, doivent attaquer par le feu ou le mouvement1 tout ennemi visible ou ayant révélé sa présence dans leur champ d’action. Elles doivent riposter par le feu ou une charge si elles sont attaquées par le feu ou une charge et doivent poursuivre leur mouvement si elles gagnent un test de confrontation.
• En terrain nu, elles doivent avancer par mouvement complet2 en direction de l’ennemi3. Elles peuvent s’arrêter derrière ou dans une zone ou un obstacle linéaire, mais elles auront toujours l’obligation d’attaquer une unité ennemie ou de riposter si elles sont attaquées.
Colonne jaune a écrit:1. Une unité n’est pas obligée de charger des tirailleurs, elle peut, si elle le désire, effectuer un mouvement d’approche dans leur direction pour les faire reculer.
2. L’adversaire et l’arbitre seront attentifs sur ce point.
3. Bien sûr, elles cherchent à attaquer une unité ou un groupe d’unités ennemies ou à prendre un élément de terrain. L’unité peut changer de formation pour franchir un élément de terrain ou réagir à une menace.
Vous observerez que la règle indique précisément : « dans leur champ d'action ». Un joueur sera donc dans son droit s'il mène une unité tout droit vers le bord de table ennemi et la laisse collée au bord (prête à tomber dans le vide sidéral… Albator à la rescousse… euh, non scratch ) MAIS, si un ennemi attaque cette unité par le mouvement ou le feu, elle devra riposter, donc s'orienter vers cet ennemi !
Quand un régiment à l'attitude « Attaquer », il peut très bien le faire avec une seule unité. La ou les autres sont placées derrière la première pour la soutenir ou la remplacer si besoin. Ce paragraphe sera réécrit dans S&B II. Smile

Avant de continuer je vous remercie de lire dans le PDF L'Infanterie au XVIIIe siècle - LA TACTIQUE de Colin, les paragraphes I (page 84) et II (page 89) du chapitre III.
Vous découvrirez que l'attaque par le feu en ordre serré est pratiquement du suicide organisé !
(ce livre se trouve également ICI en lecture continue)

Si vous avez la curiosité de continuer votre lecture vous finirez par arriver sur le passage ci-dessous (page 105) :
L'infanterie au XVIIIe siècle a écrit:Un des inspecteurs généraux consultés sur l'ordonnance de 1774 et chargés de l'expérimenter écrit que le feu en avançant sera sans effet, ou ne s'exécutera jamais à la guerre : « Si on arrête à la portée du feu de l'ennemi une troupe qui marche à lui, il sera impossible de la remettre en mouvement au travers du feu qu'elle essuiera, ou si on parvient à l'ébranler, ce ne sera qu'en désordre et morcelée en mille petits pelotons. D'ailleurs les dispositions des feux, leurs commandements font perdre un temps précieux qu'on eût pu employer plus utilement. Le feu ne devient meurtrier qu'à 200 ou 300 pas, mais alors il vaut mieux se hâter de franchir cet espace, et marcher rapidement, au lieu de s'arrêter tous les douze pas pour faire une tirerie qui ne peut être ni aussi vive ni aussi juste que celle qu'on essuie ; c'est donner le temps à vos ennemis de vous tuer tout à leur aise. Les pertes que vous leur faites éprouver ne peuvent entrer en parallèle avec celles que vous faites : il n'est occupé que de son feu et vous l'êtes de plus de votre marche. J'en appelle à nos bons officiers : tous vous diront qu'il faut aller tête baissée, qu'on perd infiniment moins, et qu'on est presque toujours sûr du succès. Je crois qu'on doit adopter pour maxime générale de ne jamais tirer que quand l'on se trouve dans l'impuissance absolue de joindre son ennemi à la baïonnette. Toutes les fois qu'on peut l'aborder, il faut aller à lui, même lorsqu'on reçoit la bataille ; c'est à quoi doit tendre toute notre tactique. Nous ne saurions trop habituer nos troupes à penser qu'il est de leur honneur, de leur devoir de s'approcher corps à corps, qu'il n'y a que les lâches qui cherchent à se tenir éloignés pour combattre, et si nous parvenons à leur inspirer ce principe, cette ardeur pour se mesurer de près à leurs ennemis, alors il n'y aura aucune nation en Europe qui puisse nous résister.
« ...Le feu de bataillon en retraite n'est pas plus praticable que le feu de bataillon en avançant. Si l'on est près, il ne s'exécutera pas ; si l'on est loin, il ne sert à rien qu'à retarder votre marche. II faut laisser les grenadiers et les chasseurs faire la tiraillerie, se retirer en bon ordre et le plus promptement que les circonstances le permettent. »
L'auteur de ces observations ajoute, qu'à son avis, le feu de tirailleurs est le seul qui convienne au moment de l'attaque.
« Pour que nos ennemis ne puissent tirer avantage de notre système sur les feux, et n'en profitent un jour d'action pour faire avec sécurité tout celui qu'ils voudront pendant que nous marcherons à eux, on éparpillera sur le front de nos bataillons tous nos grenadiers et nos chasseurs. Ils marcheront à 200 pas en avant, et tireront à volonté. Ce feu tuerait plus de monde que celui de nos bataillons. On sent que l'ennemi ne peut rien contre cette troupe dispersée, pas même avec de la cavalerie. Les bataillons qui s'avancent à leur suite, toujours en ordre, sont des points d'appui qui les mettent à couvert de toute insulte. »
On voit donc que, bien avant les guerres révolutionnaires, les Français connaissaient l'attaque par le feu… faite par les tirailleurs !

Attaquer par le feu :
Un régiment qui a un ordre d'attaque et qui le fait par le feu, peut donc détacher des tirailleurs (un peloton, ou deux, ou trois… ou un bataillon) en avant, c'est historique et ce n'est pas interdit par la règle.
Si le joueur désire « suicider » un bataillon en l'envoyant en ordre serré (comme les Prussiens au début du règne de Frédéric le Grand) il peut aussi le faire, libre à lui. Wink

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1326
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude : Attaquer

Message  Thierry M. le Sam 28 Nov 2015 - 13:44

Règle 2015, page 49 a écrit:ATTAQUER :
• Les unités du colonel qui a cette attitude, doivent attaquer par le feu ou le mouvement1 tout ennemi visible ou ayant révélé sa présence dans leur champ d’action. Elles doivent riposter par le feu ou une charge si elles sont attaquées par le feu ou une charge et doivent poursuivre leur mouvement si elles gagnent un test de confrontation.
• En terrain nu, elles doivent avancer par mouvement complet2 en direction de l’ennemi3. Elles peuvent s’arrêter derrière ou dans une zone ou un obstacle linéaire, mais elles auront toujours l’obligation d’attaquer une unité ennemie ou de riposter si elles sont attaquées.
Colonne jaune a écrit:1. Une unité n’est pas obligée de charger des tirailleurs, elle peut, si elle le désire, effectuer un mouvement d’approche dans leur direction pour les faire reculer.
2. L’adversaire et l’arbitre seront attentifs sur ce point.
3. Bien sûr, elles cherchent à attaquer une unité ou un groupe d’unités ennemies ou à prendre un élément de terrain. L’unité peut changer de formation pour franchir un élément de terrain ou réagir à une menace.
La règle n'est pas bien rédigée en ce qui concerne l'obligation de contre-charger quand l'unité est chargée.
En effet, votre adversaire peut très bien attaquer votre unité statut Vieille Garde avec une unité de milice statut B ou C en sachant pertinemment que sa milice perdra le test de confrontation… tout ce qu'il veut c'est que l'unité Vieille Garde soit en charge à fond et, donc, soit désorganisée !
En fait, le joueur de l'unité Vieille Garde devrait pouvoir répondre à une charge par un mouvement d'approche, ce qui fait que, s'il gagne, son unité ne serait pas désorganisée.
S&B II sera réécrite en conséquence. Cool

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1326
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum