Une petite armée tirée d'un récit de la campagne de 1809

Aller en bas

Une petite armée tirée d'un récit de la campagne de 1809

Message  Thierry M. le Ven 9 Mar 2018 - 18:54

Internet est riche mais il faut avoir le temps de chercher !
Par exemple sur le super-site de Frédéric Berjaud on trouve, notamment, l'historique du 4e de Ligne dans lequel on peut lire l'extrait ci-dessous qui m'a donné une idée d'armée originale.
À noter que le 22 avril, le 4e de Ligne a 3 Bataillons à la 2e Division (Carra Saint Cyr) du 4e Corps, Brigade Dalesme (Nafziger 809DAA - source : Buat, E., "Étude Critique d'Histoire Militaire, 1809, de Ratisbonne à Znaïm", Librairie Militaire R. Chapelot et Cie, Paris, 1909).
Le 4e descend ensuite la vallée du Danube.
"Le 23, à sept heures du matin, la division se mit en marche, laissa la route de Ratisbonne à gauche, vint, par des chemins vicinaux, à Smaich (?), joindre la route de Ratisbonne à Straubing, où elle arriva entre six et sept heures du soir et bivouaqua, sa droite appuyée à la ville, faisant front au Danube et se prolongeant sur la lisière de la forêt (Masséna, avec trois de ses divisions, avait reçu l'ordre de longer le Danube et de flanquer ainsi à gauche le mouvement de la Grande Armée).

Le 25, à sept heures du matin, la division se dirigea sur Passau, où elle arriva à trois heures de l'après-midi et établit ses bivouacs sur la hauteur, à droite de la route faisant face au Danube.

Le 26 au matin, la division traversa l'Inn, se dirigea sur Scharding et vint dans l'après-midi établir ses bivouacs en ligne par régiment dans la plaine, à une demi-lieue de cette ville.

Le 30 dans l'après-midi, le régiment, en vertu d'un ordre particulier qui lui avait été transmis, quitta la division et vint, à cinq heures du soir, se réunir près le village de Teffenbach, à une avant-garde, sous les ordres de M. l'adjudant-commandant Trinquallé, composée d'un régiment de dragons badois et l'autre de chasseurs wurtembergeois avec deux pièces d'artillerie légère. Les trois compagnies de voltigeurs furent détachées et postées sur les hauteurs en avant du village" (Itinéraires et notes).
Le sous-lieutenant Ferrasse est blessé le 1er mai à Neumarck.
"Mai. - Reconnaissance du 1er mai. Affaire de Riedau. - Le 1er mai, à quatre heures du matin, l'avant-garde se réunit, suivit la grande route de Lintz qu'elle quitta au village de ..... et passa par ceux de ..., vint traverser la rivière de Traun à Riedau et suivant la fausse route de Wels, se dirigea sur Neumarkt. Les trois compagnies de voltigeurs marchaient en tête, ensuite, la cavalerie et l'artillerie suivaient entre le 1er et le 2e bataillon.

À peine la gauche du 3e bataillon avait-elle dépassé Riedau que les éclaireurs de la tête de la colonne se trouvèrent engagés avec les avant-postes autrichiens. Quelques coups de fusil les eurent bientôt délogés. Poursuivis de près par les voltigeurs, ces avant-postes formés en ligne de tirailleurs, protégeant la compagnie dont ils étaient détachés, suivirent, en tiraillant, la lisière du bois sur leur droite, et par conséquent sur notre gauche, à l'extrémité duquel ils rejoignirent un autre détachement. Pendant ce temps, le régiment formé en colonne par section, ayant laissé le chemin sur la droite, avançait avec toute la célérité possible. La cavalerie avait déjà repoussé et même dispersé deux escadrons de hussards autrichiens auxquels elle avait fait quelques prisonniers et avait jeté sur la droite des détachements qui, en explorant le pays avec autant d'intelligence que de bravoure, ne laissaient aucune inquiétude de ce côté.

Les voltigeurs, en continuant à poursuivre avec beaucoup d'ardeur et la compagnie à laquelle les premiers avant-postes s'étaient réunis et le détachement que cette compagnie avait trouvé à l'extrémité du bois, avaient rencontré à environ trois ou quatre cents pas le bataillon auquel une partie de ces troupes appartenait, formé en colonne, et que les accidents du terrain leur avaient empêché, jusque-là d'apercevoir. Sans surprise ni étonnement, ils eurent bientôt couvert le flanc de ce bataillon en étendant à droite la forte ligne de tirailleurs qu'ils avaient contre la compagnie et le détachement qui, négligeant de suivre une grande sinuosité rentrante de la forêt, continuaient à précipiter leur retraite sur un terrain découvert en se dirigeant sur Neumarkt.

Dans ces entrefaites, la plus grande partie de la cavalerie s'était formée en bataille et, apercevant d'assez près cette compagnie et le détachement en désordre, commença à les charger. De leur côté, les voltigeurs se mirent à courir dessus et, arrivant sur cette même troupe en même temps que les dragons badois, ne lui laissèrent d'autre ressource que de mettre bas les armes. Quelques-uns furent tués, un petit nombre se sauva.

Une partie des voltigeurs ne cessait de tirailler sur le bataillon en colonne lorsque tout à coup, les dragons voulant continuer de manœuvrer en avant aperçurent le bataillon qui déjà était près du village de ..... dans lequel il cherchait à se placer. La charge fut bientôt décidée et ce bataillon, formant une espèce de carré, fut bientôt atteint et culbuté. Une trentaine environ fut tuée, 400 faits prisonniers, y compris quelques blessés, et on s'empara d'un drapeau. Une partie des chasseurs wurtembergeois ainsi que les voltigeurs coopérèrent à cette même charge qui fit d'ailleurs beaucoup d'honneur à cette cavalerie (l'Historique du 4e régiment d'infanterie, page 114, place par erreur ce fait d'armes le lendemain 2 mai, à l'affaire d'Efferding).

L'avant-garde continua de se porter en avant de ce village et vint enfin s'arrêter sur le sommet d'un rideau très étendu. La cavalerie se mit en bataille. Le régiment se mit en colonne. Les voltigeurs avaient pénétré dans les faubourgs de Neumarkt dont le régiment ne se trouvait éloigné que d'un quart de lieue. Les mouvements du camp ennemi étaient alors à découvert et le terrain que nous occupions nous permit de reconnaître huit forts bataillons et deux régiments de cavalerie.

Le but était rempli. Après avoir fait rappeler les voltigeurs, le régiment commença son mouvement de retraite, traversa la petite ville de Riedau, en avant et tout près de laquelle la cavalerie s'était portée, continua de suivre la route qu'il avait parcourue dans la matinée et vint à peu près à une lieue de son champ de bataille s'établir à la lisière de la forêt en avant de ... et où, presque en même temps, la division arriva.

Le régiment reçut l'ordre de retourner sur ses pas. Les 2e et 3e bataillons vinrent se former en bataille en arrière du village de ... , à un quart de lieue de la ville, et le 1er bataillon vint également se former en bataille en avant et sur la droite de Riedau.
À peine le 1er bataillon avait-il établi sur son front trois postes de 30 hommes chacun que, tout à coup, un corps d'infanterie ennemie attaqua brusquement un poste de cavalerie qu'il culbuta et arriva presque aussitôt sur le centre du poste du bataillon qui engagea de suite une vive fusillade. L'ennemi s'arrêta tout court et riposta par une forte ligne de tirailleurs. Le bataillon détacha de suite une centaine d'hommes pour aller porter secours à ces postes qui, déjà, vu la proximité et la force de l'ennemi, avaient été obligés de se retirer à cent pas du front du bataillon. La cavalerie avait eu le temps de monter à cheval. Le 3e bataillon était arrivé. L'ennemi, augmentant successivement sa ligne de tirailleurs, avait forcé le 1er bataillon à augmenter la sienne jusqu'à près de 400 hommes.

Les choses étaient en cet état quand on reçut l'ordre de retraite. Les tirailleurs furent rappelés, le régiment commença son mouvement rétrograde en traversant Riedau, prit en passant son 2e bataillon et, recevant l'ordre de rentrer à la division, la rejoignit au moment où elle se mettait en marche, vint traverser le village de …, et, marchant toute la nuit sans s'arrêter, ne put arriver que sur les trois ou quatre heures du matin. Le 2, au village de ... , où M. le Maréchal avait établi son quartier, et se plaça momentanément en colonne de l'autre côté sur la gauche de la route. La perte du régiment fut d'un voltigeur [tué] et 13 blessés" (Itinéraires et notes).
"Ve BULLETIN.
Au quartier impérial d'Enns,le 4 mai 1809.
... Le 1er mai, le quartier-général du maréchal duc de Rivoli était à Scharding.

L'adjudant-commandant Trinqualye, commandant l'avant-garde de la division Saint-Cyr, a rencontré à Riedau, sur la route de Neumarck, l'avant-garde de l'ennemi; les chevaux-légers wurtembergeois, les dragons badois et trois compagnies de voltigeurs du 4e régiment de ligne français, aussitôt qu'ils aperçurent l'ennemi, l'attaquèrent et le poursuivirent jusqu'à Neumarck. Ils lui ont tué 50 hommes et fait 500 prisonniers" (Les Bulletins de la Grande armée : précédés des rapports sur l'armée française, depuis Toulon jusqu'à Waterloo, extraits textuellement du Moniteur et des Annales de l'empire : histoire militaire du général Bonaparte et de l'empereur Napoléon, avec des notes historiques et biographiques sur chaque officier. Tome 5 / par Adrien Pascal).
"Le 2 mai, à six heures du matin, la division se remit en marche, se porta sur Efferding qui, se trouvant occupé par l'ennemi, fut enlevé par le 24e d'infanterie légère ; et la colonne, traversant la ville, vint bivouaquer à deux lieues en avant du village de …" (Itinéraires et notes).
Le Régiment prend part aux opérations autour de Linz et contribue à la prise de 900 hommes et d'un drapeau (3 mai). Une situation de la Collection Nafziger indique la participation du 4e de Ligne à la bataille de Ebersberg (Nafziger 809EBA - source : R. W. Litschel, "Das Gefecht bei Ebelsberg am 3. Mai 1809").

Le 22 avril, le 4e de Ligne a 3 Bataillons à la 2e Division (Carra Saint Cyr) du 4e Corps, Brigade Dalesme
Extrait de l'OdB de Nafziger 809DAA a écrit:2nd Division/IV Corps: Général de division Carra St. Cyr Brigade: Général de brigade Casson
24th Légère Regiment (3) Brigade: Général de brigade Schimmel (Hessians)
Leib Garde Regiment (3)
Leib Regiment (3) Brigade: Général de brigade Dalesme
4th Line Regiment (3)
46th Line Regiment (3)
Artillery (de la division):
— 12 French guns
— 1 Hessian Foot Battery (5-6pdrs & l How)
Le 30 avril dans l'après-midi, le 4e régiment (3 bataillons, donc) quitte sa division et se réunit à une avant-garde, sous les ordres de l'adjudant-commandant Trinquallé, composée d'un régiment de dragons badois et d'un régiment de chasseurs wurtembergeois avec deux pièces d'artillerie légère (une section d'artillerie à cheval dont on ignore la nationalité mais a priori française). Les trois compagnies de voltigeurs du 4e de Ligne sont réunies.
Le Ve Bulletin parle d'un régiment de chevau-légers wurtembergeois ? Ainsi vous avez le choix !
Voilà une petite armée sympa pour jouer !

Dans le même OdB il y a deux régiments de chasseurs wurtembergeois et deux régiments de chevau-légers wurtembergeois :
VIII Corps: Général de division Vandamme (Wurttemberg)

Cavalry Division: Generalmajor von Wollwrath
— Brigade: Generalmajor Röder
Leib Chevauxleger Regiment (4)
König Jäger Regiment (4)
— Brigade: Generalmajor von Stettner
Herzog Heinrich Chevauxleger Regiment (4)
Herzog Louis Jäger Regiment (4)
— Artillery (de la division) :
l Foot Battery (8-6pdrs & 2-7pdrs)
2 Horse Batteries (4-6pdrs & 2 Howitzers each)
Et un régiment de dragons badois :
Corps: Général Bessières
Light Cavarly Division: Général de division Marulaz
— 3rd Chasseur à Cheval Regiment
— 14th Chasseur à Cheval Regiment
— 19th Chasseur à Cheval Regiment
— 23rd Chasseur à Cheval Regiment
Total 13 sqns
— Hessian Chevaxleger Regiment (3)
Baden Dragoon Regiment (4)

Je n'ai pas trouvé les effectifs historiques du 22 au 30 avril, pour arriver au budget désiré on peut : soit jouer les effectifs théoriques et, éventuellement, augmenter le nombre de section d'artillerie à cheval (française ou autre), soit diminuer l'effectif. Cool

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
S&B est historique, réaliste et ludique.
Site : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1490
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 62
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une petite armée tirée d'un récit de la campagne de 1809

Message  franckT le Sam 10 Mar 2018 - 11:54

Merci pour cette info  Very Happy

_________________
Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre. KarlM
http://ordresdebatailles.forum2jeux.com/f9-ordres-de-batailles
avatar
franckT
Joueurs de S&B

Messages : 456
Date d'inscription : 08/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum