Albuera : les chevaux anglais effrayés ! ?

Aller en bas

Albuera : les chevaux anglais effrayés ! ? Empty Albuera : les chevaux anglais effrayés ! ?

Message par Thierry M. le Ven 14 Juin 2019 - 16:12

Les chevaux de remonte français étaient « éduqués » avant de partir au régiment, on les habituait aux coups de feu et aux mouvements de drapeaux.
Il semble que les chevaux anglais n'étaient pas aussi bien préparés… ou bien les cavaliers anglais cassaient au moral !

« The English lost a lot of people at Albuera, especially from their cavalry. The Polish cavalry defeated their cavalry in each attack, because the English horses feared the pennons of Polish lances, so their horses always turned and fled, and the Poles stabbed them from behind. Many of the English complained about the conduct of the Polish lancers as they deployed their lances effectively when in pursuit. »
Traduction (Google et DeepL) :
Les Anglais ont perdu beaucoup de gens à Albuera, surtout de leur cavalerie. La cavalerie polonaise a vaincu sa cavalerie dans chacun d'eux. parce que les chevaux anglais craignaient les fanions des lances polonaises, de sorte que leurs chevaux ne pouvaient pas s'enfuir. se sont toujours retournés et se sont enfuis, et les Polonais les ont poignardés par derrière. Beaucoup d'Anglais s'est plaint de la conduite des lanciers polonais alors qu'ils déployaient leurs lances de manière efficace lors d'une poursuite.
Les Anglais ont perdu beaucoup de monde à Albuera, notamment à cause de leur cavalerie. La cavalerie polonaise a vaincu sa cavalerie à chaque attaque, parce que les chevaux anglais craignaient les pennons des lances polonaises; leurs chevaux ont donc toujours tourné et fui, et les Polonais les ont poignardés par derrière. De nombreux Anglais se sont plaints de la conduite des lanciers polonais alors qu'ils déployaient efficacement leur lance lorsqu'ils étaient à la poursuite.

Extrait de ce document : A Polish Aide-de-Camp at Albuera 16 May 1811, trouvé ICI.

Cette révélation permet de comprendre ce récit : A Polish Lancer at Albuera 16 May 1811, trouvé au même endroit.
———

Étude du moral du combattant (ou Psychologie de l'Homme au combat) :
Après 1815, les régiments de cavalerie légère anglais furent équipés de lances…
À mon humble avis la peur des cavaliers anglais face à la lance des Polonais et autres chevau-légers lanciers y est pour quelque chose ! What a Face
Rappelons-nous que c'est toujours l'arme de plus longue portée qui l'emporte ! Cool

_________________
« La perte d'espoir, plutôt que la perte de vies humaines, est le facteur qui décide vraiment des guerres, des batailles et même des combats les plus minimes. »
Basil Henry Liddell Hart, 1895-1970

Site : http://silex-et-baionnette.fr/
Thierry M.
Thierry M.
Admin

Messages : 1572
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 63
Localisation : Amance (Aube)

https://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Albuera : les chevaux anglais effrayés ! ? Empty Re: Albuera : les chevaux anglais effrayés ! ?

Message par Thierry M. le Sam 15 Juin 2019 - 15:15

J'ai posté ce sujet dans les forums du jeu d'histoire.

Il a amené des commentaires auxquels j'ai répondu.
Ci-dessous certaines de mes réponses qui vous intéresseront peut-être ?

Les chevaux de guerre ont toujours été habitués aux bruits de la guerre (comme les destriers des chevaliers !)
Il est expliqué dans le règlement de cavalerie français (mais il doit en être de même chez les autres nations) comment accoutumer un cheval aux bruits et aux mouvements.
Les lecteurs intéressés pourront consulter les pages 44 à 47 de ce règlement : Instruction de détail, sur l'exercice et les manœuvres de la cavalerie. (etc.)
J'avais découvert ceci, il y a longtemps dans un livre des éditions du chat perché, Flammarion, 1981 : « La vie d'un hussard ».

Il y avait différentes races de chevaux en France (et en Europe), elles étaient adaptées à la morphologie du cavalier et à la mission demandée. Oui, c'est vrai, les chevaux anglais étaient grands, Woodberry, un hussard anglais, dit dans ses mémoires que les chevaux des hussards français étaient beaucoup plus petits que ceux de son régiment.

Opinion de Wellington sur la cavalerie française dans le livre d'Alessandro Barbero : Waterloo (que je possède, bien sûr).

_________________
« La perte d'espoir, plutôt que la perte de vies humaines, est le facteur qui décide vraiment des guerres, des batailles et même des combats les plus minimes. »
Basil Henry Liddell Hart, 1895-1970

Site : http://silex-et-baionnette.fr/
Thierry M.
Thierry M.
Admin

Messages : 1572
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 63
Localisation : Amance (Aube)

https://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum