-57%
Le deal à ne pas rater :
Vanja Lecteur de Carte Mémoire, SD/Micro SD Lecteur de Carte ...
5.59 € 12.99 €
Voir le deal

Témoignages contemporains : « C'est comment la guerre ? En vrai ? »

Aller en bas

Témoignages contemporains : « C'est comment la guerre ? En vrai ? » Empty Témoignages contemporains : « C'est comment la guerre ? En vrai ? »

Message par Thierry M. le Dim 9 Fév 2020 - 18:46

Texte trouvé sur : http://www.demi-brigade.org/quistorp.htm
Traduction DeepL avec un peu de Google Translate
Si vous maîtrisez l'allemand et que vous constatez des erreurs dans la traduction je serais ravi que vous m'en fassiez part, merci d'avance pour votre aide. Very Happy
———

Les explications compréhensibles du déroulement d'une bataille, des raisons de l'échec d'une attaque et de la réussite d'une autre, des raisons de la fuite des unités et de la résistance des autres au feu, sont relativement rares. La seule exception, pour autant que je sache, est The Face of Battle de John Keegan, publié à Londres en 1975 et en Allemagne en 1978 sous le titre Die Schlacht in Deutschland par Econ-Verlag, plus tard publié en livre de poche sur la télévision numérique. C'est pourquoi j'ai rassemblé ici quelques textes à ce sujet.

Tout d'abord, représentatif de nombreux ouvrages de mémoire qui décrivent une bataille du point de vue du soldat individuel, un court extrait du 4e chapitre du 1er livre de la 1re partie de l'ouvrage Vom Kriege de Carl von Clausewitz :

Des dangers de la guerre.
[...] Emmenons la recrue sur le champ de bataille. A l'approche de la bataille, le tonnerre de plus en plus clair des canons alterne finalement avec le hurlement des boulets, qui attire désormais l'attention des inexpérimentés. Les boulets commencent à frapper de près devant et derrière nous. Nous nous précipitons vers la colline sur laquelle le général commandant et ses nombreux partisans s'arrêtent. Ici, l'impact rapproché des boulets de canon, le fracas des obus, est si fréquent que le sérieux de la vie est poussé par l'imagination juvénile. Soudain, une connaissance tombe - elle a été frappée par un obus et produit quelques mouvements involontaires - on commence à sentir qu'on n'est plus complètement calme et recueilli ; même la personne la plus bien élevée est au moins quelque peu dispersée. - Maintenant, un pas dans la bataille qui fait rage devant nous, presque comme un spectacle, vers le général de division suivant ; ici, balle après balle, et le bruit de ses propres armes augmente la dispersion. - Du général de division au général de brigade - celui-ci, d'une bravoure reconnue, s'arrête prudemment derrière une colline, une maison ou derrière des arbres ; - un représentant sûr du danger croissant - les cartouches cliquettent dans les toits et les champs, les boulets de canon se précipitent sur nous et au-dessus de nous dans toutes les directions, et un sifflement fréquent des balles de fusil s'installe ; - un pas de plus vers les troupes, vers l'infanterie, qui résistent avec une indescriptible fermeté dans le combat qui dure une heure ; - ici l'air est rempli de balles sifflantes, qui annoncent bientôt leur proximité par le son court et aigu, avec lequel elles volent à quelques centimètres de l'oreille, de la tête et de l'âme. A l'abondance de la pitié à la vue de ceux qui sont mutilés et qui tombent bat la lamentation sur notre cœur qui bat.
[...] Il est vrai que l'habitude ternit très vite ces impressions ; au bout d'une demi-heure, nous commençons à devenir plus indifférents à tout ce qui nous entoure, certains plus, d'autres moins ; mais une personne ordinaire n'atteint pas toujours la totale impartialité et l'élasticité naturelle de l'âme [...]

Les extraits suivants de l'ouvrage Die Kaiserlich Russisch-Deutsche Legion, publié à Berlin en 1860, écrit par Barthold von Quistorp, qui était alors capitaine et professeur à l'école de guerre de Potsdam, sont particulièrement précieux. Quistorp, né en 1825 et entré en 1844 dans le 31e régiment d'infanterie prussien, aux campagnes duquel il a participé en 1848/49, a terminé sa carrière militaire active en tant que lieutenant général en 1883. Il est encore connu de certains pour son remarquable ouvrage Geschichte der Nord-Armee (Histoire de l'armée du Nord) en 1813, qui a été publié en trois volumes à Berlin en 1894.

Dans l'introduction de sa Légion impériale russo-allemande, il énumère une longue liste de participants à la campagne et de témoins oculaires des guerres de libération, auprès desquels il a obtenu des informations pour écrire son livre.

Effet des tirs d'artillerie. (Quistorp, page 64)
Chaque boulet de canon frappant une troupe fermée fait s'éclabousser momentanément ceux qui sont debout au début, comme une pierre qui vole dans l'eau. Une fois la première impression passée, avec une bonne troupe, tout reprend rapidement sa place, comme les gouttes d'eau éparses qui s'écoulent à nouveau ensemble au point le plus profond. Mais plus les balles frappent vite l'une après l'autre, plus le ramassage est imparfait, et il est particulièrement difficile de garder son calme dans la cavalerie, où les mouvements involontaires de poing et de cuisse provoqués par la surprise produisent un effet différent de celui de l'infanterie. Ce n'est que dans les troupes testées au feu que ces phénomènes ont tendance à être limités dans une faible mesure ; dans la cavalerie surtout, après que les chevaux soient devenus ternes et insensibles aux impressions extérieures en raison des maigres rations et de l'effort de la campagne. On en arrive alors au point où l'animal tourne à peine la tête d'un côté lorsqu'on lui tire une oreille.

Charge à baïonnette. (Note à la page 92)
On mène des attaques fermées sur le terrain d'entraînement de la manière dont on souhaite le faire dans la réalité, mais on n'y parvient jamais ; c'est-à-dire en direction et au coup de pied stricts, jusqu'au dernier moment à un rythme contrôlé, et à 20 pas de l'ennemi supposé, le fusil est abattu. Sur le champ de bataille, il n'est presque jamais possible de suivre un pas ; tout ce que l'on peut obtenir, c'est que seule la queue de la colonne soit maintenue à proximité, avec l'encouragement constant des officiers, et que le tout forme une masse solide. Le battement du tambourin est de la plus grande utilité ; mais pas pour suivre - car c'est en vain - mais pour ranimer le courage. Cela fait bonne impression lorsque la marche de la tempête résonne partout à droite et à gauche, et que chaque soldat se rend compte qu'il n'est pas le seul à avancer effrontément, mais bien l'ensemble des camarades.

Si l'attaque à la baïonnette progresse bien, les tirailleurs ennemis commencent d'abord à s'esquiver ; si enfin le feu de la ligne fermée ne l'arrête pas, on le voit d'abord sur un point, puis on fait peu à peu demi-tour partout et on s'enfuit désordonnément. Ce succès ne vient en effet pas de la perte d'équipage qu'on lui apprend, car tout au plus les tirailleurs qui l'accompagnaient lui ont infligé quelques dégâts, mais parce que sa ténacité a été brisée par l'attaque imparable. Selon une description de la bataille : l'ennemi a été jeté à la baïonnette - c'est ainsi qu'on l'entend habituellement : Il a été menacé à la baïonnette et a trouvé que c'était un bon moyen d'échapper à cette menace. "Sur cent cas" - dit un général très expérimenté, le duc Eugène de Württemberg - "neuf et quatre-vingt-dix fois la baïonnette servira plus d'ornement que d'arme de frappe. J'ai connu des attaques réussies dans lesquelles il n'était utilisé que lorsque l'ennemi déjà en fuite, empêché de tourner par des obstacles de terrain, permettait à la fureur du poursuivant d'éclater pleinement. - "Le combat est plus la mort du courage que la mort des combattants". Il est rare qu'une troupe ait perdu tant d'hommes au combat qu'elle soit devenue trop peu nombreuse pour faire plus. Un bataillon qui est réduit de 600 à 400 hommes n'est pas si faible en effectif qu'il doive être retiré de la ligne. Mais l'expérience nous apprend que même les bonnes troupes, lorsqu'elles ont perdu un sixième à un quart de leur effectif, sont si brisées dans leur courage et leur résistance qu'elles ne comptent guère pour le moment.
Ainsi s'exprimait le joueur de cor du bataillon hanovrien de Brême, lourdement battu, qui, le 18 juin 1815, après avoir combattu impeccablement pendant trois jours consécutifs à la rencontre de Quatre-Bras, dans les retraites écrasantes du 17 et pendant plusieurs heures dans la bataille de Waterloo jusqu'à son apogée, avec les mots suivants à son proche officier : "Mon lieutenant, maintenant je ne peux plus le supporter", s'est enfui de la ligne de bataille. Quiconque est fatigué par une fatigue excessive ou par une excitation mentale excessive ne se sent guère enclin à des actes héroïques.

Si nous brossons le tableau d'une attaque infructueuse, il en va de même pour ce qui suit : Dès que les impressions du feu ennemi sur le bataillon qui avance deviennent trop fortes, les pas, jusque-là effrontés, commencent à se raccourcir ; une certaine timidité s'empare de la Tête, qui est probablement repoussée dans un premier temps par les pelotons arrière, qui ne souffrent pas tant du feu, jusqu'à ce qu'elle s'arrête enfin complètement. Avec un mot d'encouragement du commandant, de nombreuses attaques sont encore en cours, mais lorsque les gens commencent à tirer sans commandement, tout espoir est perdu. Même avec des troupes bien disciplinées, ce feu incontrôlé est fréquent ; l'homme ne peut plus, sans se venger, voir ses camarades tomber à ses côtés, et il cherche instinctivement l'antidote pour répondre par son feu. L'exemple est la prise de feu immédiate ; un feu de corvée se développe, et avec lui la colonne s'arrête irrévocablement ; naturellement à un champ de tir efficace, de sorte que les pertes sont instantanément importantes. Après quelques minutes, la colonne fait demi-tour sans commandement et revient en courant - même les meilleures troupes - aussi vite que leurs pieds les porteront. Quand un rapport dit : le bataillon a dû battre en retraite et s'est retiré en ordre complet - cela doit seulement être compris comme signifiant que dès que le bataillon a manqué de tirs efficaces, il s'est rassemblé et s'est ordonné à nouveau à l'appel des officiers. Dans un tel cas, les mauvaises troupes ne peuvent être réunies qu'en partie, et généralement beaucoup plus en arrière.

Le lien intermédiaire entre les deux extrêmes est formé par les attaques à mi-chemin réussies, qui s'approchent du champ de tir effectif et dégénèrent ensuite en un combat à distance, par lequel les deux troupes sont généralement dissoutes. Ainsi, exactement un mois après la bataille de Göhrde, lors de la bataille de Möckern, la brigade Steinmetz et l'infanterie qui lui faisait face se trouvèrent dans un état où les deux parties étaient incapables de prendre une décision ; de sorte que seuls les hussards du Major v. Sohr purent faire basculer le chariot sur le côté. (emporter la décision)

Empêcher les tirs prématurés. (page 115)
[à la bataille de Göhrde le 16 septembre 1813]
Le général Lyon n'avait pas fait charger les fusils de son infanterie avant l'attaque. Cela permet au moins d'éviter la falaise, que les troupes soient arrêtées dans leur progression par des tirs involontaires ; mais même cette mesure s'est avérée insuffisante, le Bataillon Langrehr s'est néanmoins arrêté et a tiré. Il est certain, cependant, qu'une troupe qui doit d'abord charger ses fusils est moins facilement séduite pour tomber dans cette erreur que si une légère pression de l'index suffit à donner à la poitrine opprimée le sentiment soulageant de la vengeance sur l'ennemi. C'est ce même sentiment par lequel le cavalier attaquant donne involontairement à son doigt la liberté de raccourcir le rythme rapide du cheval dès que son courage tombe en dessous du niveau de danger croissant.

Des combats de tirailleurs. (Note à la page 169)
Lorsque des lignes de tireurs se font face, se tirent dessus en avant, et qu'il n'y a ni attaque directe ni flanc, le cours fini de la ligne de tir tend à être qu'une pièce ne supporte plus les pertes et semble dégager volontairement le terrain. Avec chaque blessé de plus, avec chaque balle qui passe - car cela aussi fait son effet - une partie du courage apporté s'effrite jusqu'à ce qu'il soit finalement insuffisant pour résister à nouveau. Celui dont le cœur s'émousse d'abord, s'enfuit - peut-être inconsciemment à lui-même - de là. Le nombre de ces disparus est de plus en plus important ; au début, les officiers se retiennent encore, mais bientôt ils constatent que malgré tous leurs efforts, la ligne s'est amincie ; les officiers individuels sentent, ou plutôt estiment, qu'une résistance plus longue n'est pas possible ; ils suivent leurs hommes, et les derniers courageux partent après que leur nombre soit si réduit que leur séjour prolongé devient inutile. Il serait trompeur de penser que ce dégagement de la position est volontaire ; la contrainte morale qui réside dans le feu ennemi en est le motif. Les dernières personnes sont généralement ramenées par une attaque ennemie, qui n'est plus dissuadée par leur faible résistance ; mais cette attaque n'est pas la véritable cause de la perte de la position.

Dans un tel déroulement de la bataille de tirailleurs, dans laquelle l'ennemi est chassé de sa position, l’attaquant a naturellement intérêt à rendre son tir plus décisif en l'imposant ; mais un simple ordre ne permet généralement pas d'obtenir ce que le commandant veut obtenir. Dès qu'on s'approche au point que l'effet du feu ennemi a une certaine intensité, les tirailleurs individuels restent seuls et cherchent à se mettre à l'abri ; l'impression morale prend le dessus sur le prestige du commandement. L'appel du signal sonore à l'avance a un effet encourageant, et donne au tirailleur individuel la certitude rassurante que toute la ligne, qu'il ne peut pas négliger, avance avec lui ; mais il ne faut pas s'attendre à un respect immédiat du signal. Cependant, au lieu de la simple avance à découvert, il y a généralement une occasion pendant la bataille d'approcher la ligne de tirailleurs de l'ennemi avec moins de pertes. Le terrain a tendance à offrir par endroits des moyens de protection derrière lesquels les gens peuvent se faufiler individuellement ou en groupe, couverts, de sorte qu'après un certain temps, toute la ligne est avancée par rapport à sa première installation. Si cette avancée furtive offre l'occasion d'entrer dans le flanc de l'ennemi, le tir d'enfilade force immédiatement sa ligne à battre en retraite ; car il faut parfois une rare fermeté pour supporter une telle étreinte.

Le moyen le plus rapide de chasser l'ennemi de sa position est que la ligne le pénètre en ligne droite, en faisant une attaque de tirailleur comme les attaques à la baïonnette des divisions fermées. Bien qu'il soit rare de voir l'arme nue en usage réel même lorsque l'infanterie est fermée, dans une bataille dispersée cela n'arrive presque jamais, et même alors seulement sporadiquement. On impressionne l'adversaire par le courage dont on fait preuve dans une attaque ouverte ; le hourra, comme le rugissement que l'on cherche à produire par des signaux de corne et de tambour, augmente l'impression sur les sens et l'imagination de l'adversaire, le sentiment devient plus puissant que la pensée, et il cède simplement par souci des dommages qu'il pourrait subir. Le sentiment humain de conscience de soi ne peut pas être séparé de l'homme, et dans des troupes dispersées, la discipline ne peut les paralyser comme dans des troupes fermées. - Mais le succès d'une tentative de tirailleur exige une prépondérance décisive de la force morale ; lorsque celle-ci n'est pas suffisante, le premier cas décrit se produit dès que : les personnes restent et cherchent à se mettre à l'abri. La ligne ennemie fixe peut, avec une volonté sérieuse, contrecarrer une telle tentative par son feu, et on ne la trouve pas assez souvent.  Un tireur qui est dans le feu depuis longtemps devient si familier avec l'idée de la couverture qu'il a trouvé qu'il est difficile de le persuader de quitter la protection et de continuer l'attaque. Les divisions fraîches amenées pour le soutien sont moins facilement séduites par la protection offerte et, dans une telle situation, offrent les moyens de faire un bond en avant. Mais l'impulsion la plus forte pour les tirailleurs est une attaque des divisions fermées. Même s'ils ne sont pas favorisés par les circonstances et ont peu de chances d'effectuer la poussée complètement, ils entraînent toujours leurs propres tireur avec eux et impressionnent l'ennemi. Sinon, une attaque manquée de la colonne aura tendance à faire une telle impression défavorable sur les tireurs d'élite qui l'accompagnent que, au lieu de rester au point qu'ils ont atteint, ils se laisseront emporter par la retraite sans raison physique.

Des trois différentes façons dont l'effet du combat de tirailleurs s'exprime selon les explications ci-dessus - jeter l'adversaire hors de sa position par une approche en ligne droite ; manœuvrer en se faufilant ou en gagnant les flancs ; et tirer - seule la dernière fait un mal immédiat à l'ennemi, et pourtant elle s'avère plus longue et moins réussie que les deux premières par leurs impressions morales plus fortes. Ces trois types tendent cependant à se combiner entre eux ; et comme les tirailleurs de la partie, dont la position générale est défensive, ne peuvent dans peu de cas tenir leur position à long terme sans également procéder activement, il en résulte des échanges de tirs fluctuants et durables, auxquels l'intervention de forces fermées ici et là tente de donner une solution.

Attaques de la cavalerie. (Note à la page 96)
Il n'arrive pas que la cavalerie fermée en pleine course pousse les chevaux dans les baïonnettes, mais, juste avant qu'il y ait un arrêt instantané, chaque cavalier voit rapidement son avantage en essayant de blesser un adversaire, en utilisant un petit écart, un petit désordre, sans même craindre un coup de baïonnette pour que son cheval pénètre. Si plusieurs d'entre eux réussissent, la victoire est dans la plupart des cas décidée ; car les masses suivent immédiatement, et les chevaux écartent les hommes. Le fait qu'une telle attaque coûte plus ou moins d'hommes dépend du hasard, c'est-à-dire de la distance à laquelle l'infanterie tire son feu ; les volées font le plus d'effet sur la cavalerie. - Une attaque manquée ne va généralement pas jusqu'aux baïonnettes ; le tempo ralentit d'avance, les individus retiennent leurs chevaux, les membres sont nombreux, bientôt la confusion et enfin un essaim qui tourne en arrière. De telles attaques coûtent toujours beaucoup d’hommes car ils doivent rester exposés au feu plus longtemps.

_________________
« La perte d'espoir, plutôt que la perte de vies humaines, est le facteur qui décide vraiment des guerres, des batailles et même des combats les plus minimes. »
Basil Henry Liddell Hart, 1895-1970

Site : http://silex-et-baionnette.fr/
Thierry M.
Thierry M.
Admin

Messages : 1614
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 63
Localisation : Amance (Aube)

https://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum