La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  Thierry M. le Sam 11 Mai 2013 - 18:31

Je reprends un lien donné sur un autre forum pour en causer ici. Cool
L'équipe de Napoleon at War vient de publier un article sympa sur les tactiques britanniques et leur représentation par la règle : http://www.manatwar.es/?p=143556#more-143556
Nous sommes à nouveau confronté au mythe anglais inventé par Oman (historien anglais) : les Anglais défendent en ligne et ont un feu formidable. Rolling Eyes
Pas une seule fois, je n'ai vu les mots « légers et tirailleurs » dans cet article. Neutral
On se demande pourquoi ils ne sont pas représentés dans cette règle alors que Wellington avait ordonné la réunion quasi permanente des compagnies légères afin de contrecarrer l'action des tirailleurs français.

Maintenant, je suis curieux de savoir comment ils procèdent pour rendre la tactique française ?
Les Français ont probablement un super-bonus quand ils attaquent en colonne !
Le chrome, toujours le chrome, on est loin de la réalité psychologique et historique ! Rolling Eyes


Dernière édition par Thierry M. le Jeu 27 Aoû 2015 - 9:41, édité 2 fois

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1324
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  Michel 91 le Dim 12 Mai 2013 - 12:19

Trés interessant Thierry, merci, rien d'étonnant cependant Rolling Eyes

Pour relativiser cette auto-célébration britannique basée sur pas grand-chose d'historique, on peut aussi y ajouter ce petit texte qui démontre á quel point c'est l'artillerie de soutien qui pouvait faire la différence et était suceptible de faire le plus de pertes á l'adversaire Wink



http://gustavemar.free.fr/PDF/Puissance_de_feu.pdf
avatar
Michel 91
S&B
S&B

Messages : 27
Date d'inscription : 06/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  Thierry M. le Lun 13 Mai 2013 - 10:33

Merci pour ce lien, Michel. Smile

Voici la page où Michel a trouvé ce fichier : http://gustavemar.free.fr/puissance_du_tir.htm
On continue dans la même veine : la ligne anglaise ravage tout grâce à son feu et à son flegme – le fameux flegme britannique.
Le Major Général B. P. Hughes, un Anglais évidemment, convaincu que les Anglais ont gagné la guerre grâce à leur puissance de feu et à leur moral qui étaient bien meilleurs que ceux des Français. Rolling Eyes

Exemples :
Il écrit que les Français tiraient sur trois rangs : faux ! Seuls les deux premiers rangs tiraient.
Il écrit que les Français attaquaient en colonne : faux ! Ils avançaient en colonne et se déployaient en ligne en arrivant à portée de feu.
Il parle de mêlée à Bussaco : faux ! Les colonnes françaises ont péniblement gravi une pente escarpée (injouable avec nos figurines) et si les bataillons de tête ont été chargés pendant qu'ils tentaient de se déployer, les Français ont fui bien avant d'être rattrapés par les Anglais !
Il écrit qu'un bataillon en ligne risque d'être percé par la cavalerie, etc.
Bref, ce livre très technique comporte des erreurs et ne tient pas assez compte du moral. Si vous le lisez, ne prenez pas tout ce qu'il dit pour argent comptant. Rolling Eyes

Sur la page que j'ai donnée en lien, figure notamment un récit de la bataille d'Albuera censé démontrer la puissance de feu des Anglais en comparant les pertes infligées.
Malheureusement, Hughes a « oublié » de tenir compte de la division espagnole qui a lutté avec les Français avant d'être remplacé par une division anglaise.
Il a donc attribué toutes les pertes infligées aux Français aux seuls Anglais.
Vous trouverez ci-dessous l'extrait d'une discussion très instructive entre John-Alexandre Mané (le fils aîné de Diégo Mané, historien napoléonien autodidacte de grande valeur) et Jérôme Lavis (un brillant universitaire), discussion ayant eu lieu il y a longtemps sur la liste Napofig. Cool

Bon, vous savez ce que je pense de toute cette littérature anglo-saxonne nourrie par le complexe de supériorité britannique, complexe qui ne prit fin que récemment grâce à James R. Arnold : http://www.napoleon-series.org/military/organization/maida/c_maida.html

Bonne lecture,
Thierry Melchior.

Cher Jérôme,

Tu as raison de dire que dans l'état des choses, cela revient à dire que le 3e rang est touché de la même façon que le premier et le deuxième. Et c'est faux…

Mais si nous pratiquons de la sorte, c'est aussi pour donner plus d'efficacité au feu anglais. À l’époque où nous pratiquions l'échelle 1/50e pour les Anglais, ils avaient droit à une troisième volée dans le tour. Au changement d'échelle, nous les avons passés à deux, car ça devenait vraiment mortel et parce que cela simplifiait les combats.

Un petit point qui ne concerne pas ce que tu m'as écrit. Vous êtes plusieurs à discuter de l'efficacité des balles sur le troisième rang. C'est donc que vous êtes en accord avec l'efficacité des projectiles d'artillerie sur celui-ci. Ce n'est pas rien, c'est 50 % du boulot de persuasion en moins (ouf !)

Je prends un exemple de FIRE POWER du major général Hughes. C'est une étude sur l'attaque de Girard lors de la bataille d'Albuera.

« Fortescue et Oman affirment l'un et l'autre que, dans les rangs français, sur les 3 000 hommes touchés un millier le furent par les canons et 2 000 par la mousqueterie.

Le feu initial de l'infanterie française peut être évalué à 1 200 fusils, alors que les Anglais opposaient 800 fusils placés directement en face de la colonne et 1 300 fusils (des 650 files latérales réparties sur 2 rangs) soit un total de 2 100 fusils.

Malgré un certain flottement dû à la mêlée, les Français réussirent à maintenir en bon ordre leur ligne de feu de la colonne. Les Anglais de leur côté ne pouvaient remplacer ceux des leurs qui tombaient. Vers la fin des combats, on ne compta plus que 600 fusils en état de tirer ; aussi peut-on admettre que la moyenne des fusils ayant tué au cours de cet engagement fut de 1 350 pour les Anglais. Cette puissance de feu appuyée par 7 pièces au maximum permit d'infliger 3 000 pertes aux Français, alors qu'un nombre équivalent de fusils français appuyés par le tir de 24 pièces, ne provoqua dans les rangs anglais que des pertes 2 fois moindres. On peut en déduire que dans l'ensemble, l'efficacité des armes anglaises fut nettement supérieure à celle des armes françaises.

Les 1 350 fusils anglais mirent hors de combat 2 000 Français, soit un taux de 1,5 par fusil tirant a 180 mètres ou moins. On sait qu'au cours de cet engagement, certains bataillons britanniques dépensèrent la totalité de leurs munitions, ce qui constitue un cas assez rare. En admettant que chaque homme ait tiré 50 coups, il faut en déduire que 2 % seulement des salves furent efficaces.

Les 3 000 Anglais qui défendaient la crête perdirent 1 500 hommes qui tombèrent sous les obus des 24 canons français et les balles de l'infanterie française, forte de 1 200 armes. En considérant que 400 hommes soient tombés sous les obus, les salves françaises furent efficaces que dans une proportion de 13 %. La qualité des armes britanniques ressort très nettement de tout ceci. Nous voyons qu'elle a permis à des troupes britanniques inférieures en nombre dans une proportion de 2 contre 5 de remporter la victoire ».

En copiant le texte ci-dessus, je me suis aperçu que ce n'était pas le meilleur argument pour l'efficacité des balles sur le troisième rang français. Mais j'ai eu quelques scrupules pour l'effacer après m'être embêté à le taper. Mais il appuie le fait que l'efficacité des feux anglais était bien supérieure. Le système L3C répond. Maintenant, il faut que je retrouve le passage où il est écrit cette histoire de troisième rang…

Je ne prétends pas que le système L3C répond parfaitement au problème. Mais c'est celui qui se rapproche le plus de la vérité. Il est très difficile de retranscrire chaque point d'histoire dans une règle. On critique ce point parce qu'il existe… on ne le critiquera pas ailleurs.

Quand a ton paragraphe sur le troisième rang qui alimente les deux premiers, tu as entièrement raison. Cela veut dire que le bataillon finira sur 2 rangs et donc au 1/33e dans ma règle. Là on atteint un niveau de difficulté trop important.


John-Alexandre Mané
----------

Bonjour, John-Alexandre

… je suis en désaccord avec Hughes et ses calculs. En effet il mélange deux choses pour les Français, mais pas pour les Anglais.

Les combats du Ve Corps à Albuera peuvent être séparés en deux affaires plus ou moins distinctes. Cela est tiré de Oman et Fortescue qui sont pourtant les mêmes sources que Hughes.

Ire Phase :
La division Girard monte a l'attaque suivie par la division Gazan. Celle-ci est arrêtée par la Division espagnole Zayas composée des Gardes Espagnoles. Zayas fut faiblement supporté par Ballesteros et Lardizabal.
Oman dit que les fronts de Zayas et de Girard étaient sensiblement les mêmes, ceci étant dû à la formation étrange des Français.
Un duel au feu se met en place entre la division Girard et Zayas. Ensuite la brigade Colborne entre en ligne et se déploie sur le flanc gauche Français délivrant des volées sur ce même flanc sans que les Français puissent vraiment répondre efficacement. À ce moment la division Girard est en combat contre Zayas (supporté par une batterie espagnole) sur son front et par Colborne (et une batterie KGL) sur son flanc. Elle ne sera sauvée que par l'intervention de Latour-Maubourg qui culbute Colborne.

IIe Phase :
Girard remplace sa division par Gazan, pendant que les Anglais remplacent Zayas par Houghton et Ballesteros par Abercrombie. Et le duel recommence jusqu’à ce que Soult se retire. Il semblerait quand même que le passage de ligne entre Gazan et Girard ne se soit pas bien passé et que les Français auraient fini en une grosse masse désordonnée (d'après Oman).
Les Anglais avaient 2 batteries en support, les Français, il semblerait possible qu’ils en avaient 4.

Maintenant si on regarde les pertes :
Division Girard : 1 823.
Division Gazan : 1 305.
Donc au total on trouve les 3 000 hommes mentionnés par Hughes.

Pertes Anglo-Alliés
Division Zayas : 681
Division Lardizabal : 291
Division Ballesteros : 275
Brigade Houghton : 1 044
Brigade Abercrombie : 390
Je n'inclus pas les pertes de la brigade Colborne puisque celle-ci fut essentiellement détruite par cavalerie mais à titre indicatif : 1 413.

Donc les pertes Anglo-alliés furent de 2 681. Ce qui est sensiblement plus que les 1 500 annonces par Hughes.
En fait Hughes ne compte que les pertes anglaises dans son calcul et donc néglige totalement l'effet des troupes espagnoles dans le combat. Or, sans ces troupes espagnoles, Beresford aurait perdu. Le calcul est donc faussé.

Certes, même en incluant les Espagnols, les Français ont plus de pertes, mais il faut prendre en compte l'effet de la brigade Colborne et de son action sur le flanc, de même que l'effet possible du désordre des deux divisions françaises.

En bref je trouve que l'étude d'Albuera n'est pas du tout concluante pour ce qui est de considérer que les feux anglais sont si supérieurs.

À titre d'exemple inverse, on peut prendre la bataille de Salamanca :
Voici ce que dit Oman du combat entre la Division Ferrey et la division Clinton. Dans ce cas les Français défendent alors que les Anglais attaquent. Clinton était supporté par une batterie sur le flanc Français. Les pertes anglaises furent supérieures aux pertes françaises, d'après Oman, même s'il est difficile de dire avec exactitude qu’elles furent les pertes françaises. Celles anglaises furent de 1 100 pour les deux brigades anglaises. Mais celles-ci participèrent ultérieurement dans le combat contre Clausel.

En fait cet exemple est surtout pour dire que le feu anglais n'est pas si supérieur que cela au feu Français. Et que pour vraiment faire une étude complète il faut pouvoir séparer ce qui est circonstanciel (attaque de flanc, désordre etc.) de ce qui est intrinsèque.

De plus, même si tu considères le feu anglais comme supérieur, tu peux leur donner une valeur de feu plus grande (ce que tu as fait, facteur 2 contre 1)… c'est après tout subjectif, mais considérer qu'il faut EN PLUS de cela, 1/3 de perte aux Français en plus devient extrêmement trop puissant. À Salamanca (Ferrey vs Clinton) les Anglais n'infligèrent pas 1/3 de pertes de plus aux Français, de même qu'à Albuera, une fois tous les paramètres pris en compte, la différence est loin d’un 1/3 de plus.

Voilà, j’espère avoir argumenté constructivement…

Jérôme


Dernière édition par Thierry M. le Jeu 27 Aoû 2015 - 9:55, édité 1 fois

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1324
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  Michel 91 le Lun 13 Mai 2013 - 12:39

Merci Thierry, mais je ne vois pas pourquoi tu ne pourrais pas exprimer ton point de vue trés documenté sur l'autre forum, sauf si tu veux rester absolument neutre par rapport á ton role de modo, ce qui je trouve nuirait á la qualité de cet autre forum si tu y pratiquait l'autocensure systématique pour ne pas prendre le risque de "froisser" des suceptibilités parfois mal placées, je suis adepte du fait de pouvoir appeler un chat un chat et une mauvaise régle une mauvaise régle, meme s'il est bien entendu préférable de le faire avec du tacte, des arguments et de la pondération, ce dont tu ne manques pas Wink
avatar
Michel 91
S&B
S&B

Messages : 27
Date d'inscription : 06/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  buriefr le Jeu 13 Mar 2014 - 9:14

Voila ce que vient de publier warlord games sur la comparaison entre la colonne française et la ligne anglaise
Ce que j'en retire, c'est qu'en Espagne, les troupes anglaises étaient ce que l'angleterre avait de mieux à offrir, contrairement aux troupes françaises qui étaient médiocres. Donc pas si concluant que cela......

http://www.warlordgames.com/history-french-column-vs-british-line/

pour une fois que les anglais sont presque objectifs........

Au fait, il manque dans la règle le +5 de bonus au général pour avoir un grand nez.......

J'ai cru comprendre qu'en Belgique, les troupes anglaises furent suprises de l'importance de l'artillerie.
avatar
buriefr
S&B
S&B

Messages : 544
Date d'inscription : 11/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  Thierry M. le Jeu 13 Mar 2014 - 10:08

Bonjour Alain,

Merci pour ce lien, il y a une phrase qui me va bien : « Hand-to-hand combat was relatively rare. » ! (Le combat corps à corps était relativement rare.)

Si les Légions de Baylen étaient « nulles » quand elles sont entrées en Espagne, elles se sont rapidement améliorées et aguerries : remplacement des officiers trop vieux et/ou incompétents, entraînement aux tirs et aux manœuvres et, bien sûr, combats.
Il ne faut pas oublier qu'à Auerstedt les troupes françaises comprenaient beaucoup de conscrits (c'était une des inquiétudes de Davout), en fait, c'est l'encadrement qui a gagné cette bataille (les officiers avaient au moins 9 ans de campagne).

Il me semble qu'il manque un point important dans cet article : les tirailleurs anglais !
Wellington avait mis en place un épais rideau de tirailleurs, plus épais que celui des Français, tant et si bien que les tirailleurs français étaient refoulés et ne pouvaient plus éclairer les unités en ordre serré.
Les bataillons français avançaient donc sans pouvoir reconnaître ce qu'il y avait derrière les lignes de crête et la règle en pareil cas est d'avancer en colonne dite d'« attaque » afin de passer rapidement en carré en cas d'attaque de cavalerie. En contrepartie le passage en ligne était beaucoup plus long…
La colonne d'attaque est une colonne de division (prise sur n'importe quelle division du bataillon) à demi-distance d'intervalle (donc la distance d'intervalle égale le front d'un peloton), ce qui permet au bataillon de passer en carré en moins de 30 secondes tout en offrant un front assez large pour impressionner la cavalerie ennemie (car plus de tireurs).

buriefr a écrit:Au fait, il manque dans la règle le +5 de bonus au général pour avoir un grand nez…
 Laughing Wink
Il est quand même bien loti puisqu'il a 4 points de charisme et 5 points de commandement… je devrais peut-être diminuer ces valeurs. Suspect  Wink 

Oui, c'est vrai, les Anglais ne connaissaient pas les batteries calibre 12 françaises. Ils ont donc été fortement impressionnés ! De plus, à mon humble connaissance, il n'y a jamais eu de grandes batteries en Espagne. Cool

_________________
L'usage militaire est de mettre une majuscule aux unités que l'on précise (le IIe Corps, la Division Jérôme…) et une minuscule dans les autres cas (un corps d'armée comprend plusieurs divisions).
Silex & Baïonnette est historique ET ludique.
Le site, de 1700 à 1825 : http://silex-et-baionnette.fr/
avatar
Thierry M.
Admin

Messages : 1324
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 60
Localisation : Amance (Aube)

http://silex-et-baionnette.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  buriefr le Jeu 13 Mar 2014 - 10:47

L'artillerie en Espagne était plus faible et les GB peut habitués au son du canon (je regrette mon séjour berruyer avec le doux son du canon le soir au fond des bois).

J'ai lu qque part, que les français pensaient avoir enfoncé la ligne anglaise alors qu'ils n'avaient que franchi la ligne de tirailleurs.... donc en fait des unités assez denses.

Certes tout le monde tire sur deux rangs (le troisième rang permet d'augmenter un peu la cadence de tir en rechargeant les armes des premiers rangs, même si je doute de la faisabilité pratique de la chose et de la confiance des soldats à potentiellement se retrouver sans arme!). Les anglais étaient souvent en infériorité numérique (donc sur deux rangs pour ne pas être débordés). Par contre ils devaient "s'écrouler" plus vite, car le role du troisième rang est bien de fournir des remplaçants aux deux premiers. Reste l'entrainement au tir, priorité de Wellington, plus restreint après 1805.

Rappel : la précision est médiocre pour les fusils de l'époque. L'exemple connu du hussard s'approchant du carré ennemi, déchargeant son pistolet et repartant indemne est classique : probabilité de tuer un soldat du carré avec un pistolet > 80%, probabilité d'être touché par un tir de fusil < 20%.
avatar
buriefr
S&B
S&B

Messages : 544
Date d'inscription : 11/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: La tactique anglaise d'après « Napoleon at war »

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum